Ariel Muzicant. Brillant touche à tout : médecine, immobilier, art, culture, politique.

„Ariel ne parle pas trop de sa vie privée, étant convaincu que sa vie privée est effectivement bien privée. Mais il aime bien parler du Lycée Français de Vienne, y ayant vécu une très belle période. Ayant été dans la même classe pendant treize ans que Judith Rosenfeld (bac 70), de la douzième jusqu’en terminale, ils sont mariés maintenant depuis trente-sept ans, et se connaissent depuis cinquante-cinq ans.

Le bac D en poche, en 1970, Ariel Muzicant commença des études de médecine parce que ça l’intéressait et parce qu’il était déjà dans la bonne direction. A l’époque il envisageait justement deux possibilités, soit l’économie soit la médecine. Vu que les études d’économie ne lui semblaient pas exceptionnelles, il se décida finalement pour des études de médecine. Avoir passé un bac D l’aida beaucoup dans ses études de médecine, tout était plus facile pour lui comparé aux autres étudiants qui sont entrés à l’université de médecine à Vienne. Il voulait devenir radiologue, était déjà dans la spécialisation de radiologie lorsque tout soudainement son père mourut. D’un jour à l’autre, il changea de la médecine à l’immobilier (son père tenant des affaires immobilières), ce qu’il regrettait, étant donné qu’il travaillait déjà à l’hôpital et qu’il devait exercer du jour au lendemain un métier qu’il ne maîtrisait pas.“

In : Le Monde des Anciens Nr. 43, mai 2012                                                 http://www.anciens-eleves.at/mda_pdf/2012-05-jj_MDA43_web.pdf